Qui es-tu Alaska, John Green

1546025_10152831465703567_8095299659914011013_n12 décembre : ce soir je te cause d’un de mes livres fétiches, de ceux que j’ai lu d’une traite parce qu’impossible de m’arrêter (il y en a peu). Il s’agit là de réparer une sorte d’injustice.
Parce qu’en fait l’auteur, tu en as surement entendu parler, c’est celui qui a écrit Nos étoiles contraires, adapté au cinéma cet été.

Loin de moi l’idée de déprécier ce roman, il est excellent et fait aussi parti de mes livres préférés, mais bon sang rendons ses lettres de noblesse à son premier roman : Qui es-tu Alaska ? De John Green donc, publié chez Gallimard Jeunesse dans la collection Scripto (il vient d’être republié avec une autre couverture mais je préfère l’ancienne). Il existe aussi en poche mais avec une affreuse, AFFREUSE couverture. Ah et pas avant 15 ans hein, y’a des scènes un peu olé olé.

C’est pas seulement un roman pour ados. Je veux dire que c’est THE roman pour ados. Et John Green a THE don pour recréer la période tumultueuse qu’est l’adolescence. Il sait comme personne décrire ce qu’on ressent à cet âge-là, les pulsions qui nous animent et le sentiment d’injustice qui nous habite.

Dans ce roman, on se passionne pour l’histoire de Miles Halter dont la vie n’est pourtant absolument pas passionnante, plutôt constituée de non-évènements, carrément barbante en somme. Bon le mec a développé une obsession pour les dernières paroles des gens célèbres, c’est sur que ça n’aide pas à te créer une vie sociale palpitante quand t’as 16 ans.
Et donc, Miles a décidé que ça suffit comme ça. Il décide de quitter sa ville et sa famille pour s’installer dans un pensionnat, en Alabama. Et là BAM. Sa vie bascule. Son coloc, surnommé le Colonel va lui apprendre la vie. A faire des conneries si tu préfères. Miles va découvrir l’amitié et se sentir vivant. Enfin. Mais surtout il y a Alaska Young. Une jeune fille mystérieuse, facétieuse, grave et énigmatique. Super belle aussi (of course). Dont il tombe éperdument amoureux aussi (of course).

Les titres des chapitres sont un décompte : cent dix jours avant, cinquante-huit jours avant etc. On sent bien que quelque chose se trame et que tout va se casser la gueule. Quoi ? Ça je ne te le dis pas (of course).

C’est le roman des premières fois. Première amitié, premier amour, premier d… Ah non je te dis pas c’est vrai.
On rit et on pleure, on ne veut pas quitter ces personnages inoubliables qui sont devenus nos amis le temps d’un livre. Tu verras, cette Alaska, c’est quelque chose !

A offrir donc à n’importe quel ado, j’te jure que ça plaira. Je le conseille depuis 7 ans et j’ai des dizaines d’ados qui sont revenus acheter un exemplaire pour un(e) pote et qui ont voulu découvrir ses autres livres. Et puis tu peux aussi l’acheter pour un adulte (ou pour toi-même), ça ne fait jamais de mal de retourner en arrière et de regoûter aux rêves et aux idéaux qu’on avait à cet àge-là.

Publicités

3 réflexions sur “Qui es-tu Alaska, John Green

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s