Les 9 vies de Philibert Salmeck, J.B. Marciano et S. Blackall

1491587_10152840074273567_7524598139927781522_n16 décembre et je viens de me dire « Ciel ! Je n’ai encore rien proposé pour les moyens grands ! » Voici donc un roman complètement décalé et délicieusement barré.

Les 9 vies de Philibert Salmeck, de J.B. Marciano et illustré par Sophie Blackall, publié aux génialissimes éditions des Grandes Personnes, c’est un peu comme du Edgar Allan Poe mais qui fait marrer. Un roman à partir de 10 ans, un peu glauque mais tellement tiré par les cheveux qu’il n’est en rien dérangeant.

Alors, chez les Salmeck on est odieux de père en fils. C’est un peu une tradition si tu veux. On est un sale mec (Salmeck, got it ?) profiteur et capitaliste mais en général le karma fait bien son boulot. Car chez les Salmeck on tombe comme des mouches, très jeune et si possible d’une mort absurde et terriblement douloureuse.
Et notre petit Philibert, sale mec 30e du nom, sait bien ce qui l’attend. Et il a un peu la flemme. Un beau jour (ou peut-être une nuit, près d’un lac, je m’é… Ouh la je m’égare) il a la brillante et simplissime idée de… Se faire greffer les 9 vies de son chat nommé Shad Malher (chat de malheur, got it ?). Une idée à l’image de son créateur : affreuse, égoïste et terriblement mauvaise.
Austerman, chargé de veiller sur lui (chez les Austerman, on veille sur les Salmeck de père en fils. Et on échoue. C’est un peu une tradition si tu veux) est au bout du rouleau, ne sait plus quoi faire pour empêcher son protégé de commettre une connerie de plus. Il se résout à l’accompagner chez un savant fou qui les opère tous les deux (Le gosse et le chat hein, pas Austerman. Le pauvre il a déjà assez à gérer). Avec succès.

Dès lors, le petit (con) de Philibert, autrefois surprotégé et craignant la mort à chaque instant, se met à vivre comme un petit fou et égrène ses vies comme d’autres le feraient d’un chapelet. Le mec n’a plus peur de rien et sera avalé par un serpent, noyé dans un fleuve, électrocuté sur des rails et jten passe sinon tu vas dire que je suis de mauvais conseil. Bref, le mec n’apprend rien, y’a rien à faire.
Il finira riche et seul et sans chat. Voilà.

C’est horrible ce que je viens de te raconter, je m’en rends compte. Mais les enfants aiment bien les histoires horribles non ? Souviens-toi de ta fascination pour Barbe-Bleue espèce de pervers 😉 et puis contrairement à Barbe-Bleue, cette histoire-là est drôle !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s