Fin de mission, Phil Klay

indexLe truc avec les nouvelles, c’est que bien souvent elles sont inégales. Dans un recueil il y en a toujours quelques unes qui sont vraiment bien foutues, bien écrites et qui te transmettent d’une façon un peu magique autant d’émotions en quelques paragraphes qu’un livre de 500 pages. Un vrai tour de force. Et puis il y en a qui sont comme des nébuleuses, c’est flou, y’a pas de contours, tu sais pas trop où ça veut en venir et puis quand tu la termines tu te dis que t’as dû louper un truc.

Du coup j’ai jamais eu trop d’affinités avec ce genre littéraire je dois l’avouer ; je n’y vais pas facilement. Ce dur constat n’inclut pas les nouvelles de Raymond Carver parce que Raymond Carver est un Dieu. Of course.

Quand j’ai acheté Fin de mission de Phil Klay, je ne savais absolument pas qu’il s’agissait de nouvelles. Ce n’était précisé ni sur la couverture ni sur la quatrième et comme je fais une confiance tout à fait aveugle aux éditions Gallmeister quant à la qualité de leurs publications, je n’ai même pas ouvert le livre avant de passer à la caisse. Tu imagines donc ma déception surprise lorsque j’ai ouvert ce livre, excitée comme une puce un matin de Noël, et que j’ai lu sur la page de titre « NOUVELLES ». J’étais dans le métro de bon matin, un « ooooh non » relativement sonore m’a échappé, ne provoquant aucunement l’étonnement de mes voisins, ce qui en dit long sur la blasitude des parisiens face à la folie ordinaire.

Bon.

Bin j’ai été mauvaise langue. Parce que ce livre là est d’une excellence indéniable de bout en bout. Ok je m’attendais à me plonger dans un roman relatant le retour impossible des soldats américains de la guerre d’Irak ; c’est un sujet qui m’interpelle (sur le sujet tu peux lire la BD Revenants d’Olivier Morel et Maël, regarder le très bon documentaire dont elle est tirée « L’Âme en sang » ou encore lire Des hommes de Laurent Mauvignier sur le retour des français de la guerre d’Algérie). Au lieu d’un bon roman, je me suis plongée dans douze nouvelles, douze trajectoires, douze perceptions d’une guerre sale et impossible, écrites par un vétéran de la guerre d’Irak à peine agé de trente ans. Le mec connaît son sujet quoi. Et ça change beaucoup de choses.

Qu’il s’agisse d’un artilleur, d’un aumônier, d’un membre de l’infanterie ou des services administratifs, tous sont allés à la même guerre mais en ont eu une expérience différente. De ces douze destins poignants se dégage un ensemble loin du manichéisme habituel : on y découvre l’horreur de la guerre bien sûr, des deux côtés, mais aussi l’absurdité d’un conflit que personne n’est certain de bien comprendre. Ces gars-là sont entraînés à tuer, à obéir aux ordres, à servir leur pays et partent pour une guerre schizophrénique qui fera autant de ravages dans leurs troupes que dans leur mental. Ces gars-là s’occupent du comment, pas du pourquoi. On découvre le quotidien de ces soldats où la violence est constante et la peur est votre meilleure amie. On découvre les nuits blanches et les calmants pour réussir à tenir, les questionnements déconseillés, les doutes personnels, les techniques parfois infâmes pour débusquer les insurgés, la perte d’un soldat de la troupe, le retour au pays difficile, les troubles de stress post-traumatiques et la fragilité de chacun qui doit se soustraire à la virilité ambiante. Et dans tout ce bazar, il y a l’humour de l’auteur qui pointe son nez de temps en temps, comme pour nous dire « c’est bon, tu peux quand même te détendre, la vie continue ». Il est fort, très très fort.

Phil Klay, qui a obtenu le National Book Award pour ce livre, équivalent de notre Goncourt mais en vachement mieux, signe là un recueil de nouvelles fortes où la vérité n’est pas dissimulée, où la critique est brûlante, où les vies sont précieuses.

Toutes les vies.

Publicités

2 réflexions sur “Fin de mission, Phil Klay

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s