Eva, Simon Liberati

9782234077294-X_0Aujourd’hui on change les règles, je prends congé du blog et je donne carte blanche à la super chouette Adèle ! Lorsque nous sommes allées boire un verre il y a peu, elle m’a parlé du livre Eva de Simon Liberati, dont on a pas mal entendu parlé à la rentrée dernière. Entre deux bières elle m’a demandé si je me relançais dans l’aventure du calendrier de l’avent cette année, je lui ai dit que j’étais bof partante cette année (grosse flemme), elle m’a dit « oh alléééé steuplééé » et j’ai répondu « bon jvais voir… »(je te fais revivre ce moment intense, c’est comme si tu y étais pas vrai ?). Alors voilà, si vous chopez des idées de livres pour Noël cette année sur ce blog c’est grâce à Adèle ! Et lorsqu’elle m’a proposé son aide le lendemain, j’ai sauté sur l’occasion, et je lui ai proposé d’écrire une chronique sur ce livre qu’elle avait adoré.

Adèle c’est un peu une superwoman. Non contente d’être une jeune, belle et talentueuse architecte (débordée), elle est aussi chroniqueuse drôle et insolente sur son blog smithereens.fr. Et en plus elle trouve encore le temps de lire ! oui oui !  Alors voilà messieurs dames, ce soir en GUEST sur Livromatic ma chère Adèle vous présente l’un de ses derniers coups de cœur !

« C’est marrant comme des fois des tout petits instants peuvent prendre une importance démesurée avec le temps. Regarde, moi par exemple : j’ai encore l’impression d’avoir vécu plus de choses en deux semaines de camping à Saint Rémy sur Durolle (te fatigue pas à chercher, c’est au fin fond de l’Auvergne) que pendant tout le reste de mon adolescence. Oui, bon.

Et ben tu vois, c’est un peu pareil pour Simon Liberati. Tout au long de sa vie bien remplie, il garde le souvenir confus d’une créature croisée en boîte à 16 ans, une sorte de monstre-enfant, violente et ensorceleuse : Eva. Elle lui inspirera ses personnages de romans et plane au dessus de sa vie comme une légende ancestrale qu’on aurait connue mais oubliée. Le roman commence sur le récit d’une rencontre fortuite entre Simon et Eva, du genre de celles qui sera différente des autres.

Ce livre ne raconte pas une histoire d’amour. C’est simplement le récit d’une fascination, de deux folies qui se rencontrent, de passés reconstitués souvenir par souvenir, de solitudes cinquantenaires qui s’adoucissent au contact l’une de l’autre. Du coup, si tu cherches une bonne romance des familles, je te préviens : passe ton chemin ! Parce qu’il y a des chances pour que cette histoire-là scandalise ta mamie et laisse ta petite cousine incrédule -ou traumatisée, c’est selon. Nan, au contraire c’est un livre qui parle de la vraie vie, celle qui des fois est conne et sale, et Liberati est sans complaisance que ce soit pour ses moments de lose comme pour ses instants de grâce.

Je te dis pas la fin hein… Mais après avoir fermé le livre, le fantôme d’Eva ne m’a pas lâché pendant des semaines.

Adèle. »

Elle est pas trop cool ma copine franchement ?!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s