Amérique, des écrivains en liberté, J.L. Bertini et A. Thiltges

1540-1Hey hey ! Viens on fait comme si ça faisait pas six mois que j’avais rien posté ? Ouais ? merci t’es trop sympa. Je vais essayer de reposter plus régulièrement parce qu’en ce moment j’ai la lecture qui me démange (oui, encore plus que d’habitude). Et tu sais quoi ? Livromatic a aussi son compte Instagram (ici) où je posterai de courtes chroniques et des photos de mes compagnons au quotidien, alors n’hésite pas à venir jeter un œil ! Plus on est de fous, plus on lit 🙂 (tu m’excuseras les deux trois photos de pizza ou autre qui trainent, c’était avant que je décide d’en faire un compte exclusivement consacré au blog).

Si tu me connais déjà un peu, tu sais que je suis une MEGA FAN de littérature américaine. C’est simple ça prend une telle ampleur que j’ai maintenant du mal à trouver le temps de lire autre chose… et si tu me connais, tu sais aussi que dans deux semaines, je pars pour un road trip dans le sud-ouest américain. Si tu me connais pas, bin voilà tu le sais 🙂 Du coup, je suis A FOND dans la préparation de mon voyage (je pense qu’on ne peut pas être plus prête que ça, sans déconner on frôle la nevrose) et en plus de faire d’interminables listes de ce qu’il ne faut pas oublier d’emmener et de tout ce qu’il ne faut pas louper, je lis, je lis, je LIS.

Et ces derniers temps, mon livre préféré-à-la-vie-à-la-mort c’est ce livre, L’Amérique, des écrivains en liberté de JL Bertini et A.Thiltges qui ont parcouru tout bonnement plus de 40 000 kilomètres à la rencontre des plus grands écrivains de l’ouest américain (mouais. la flemme un peu. #jalousiedel’extreme). Si c’est pas la classe ça… Et c’est ainsi que pendant que tu bois ton café tranquillement, confortablement installé dans ton canapé de style scandinave, tu te retrouves en compagnie de Jim Harrison (RIP Big Jim), Dan Fante, Donald Ray Pollock, Iain Levison, Laura Kasischke, Annie Proulx, Craig Johnson et la liste est bien trop longue pour que je continue 🙂

Un beau et grand livre qui donne à lire et à voyager, à penser aussi, toujours. Les entretiens sont illustrés de sublimes photos, qui furent l’objet de l’expo principale du festival America de Vincennes il y a 10 jours (rappelle-moi de t’en parler parce que c’était fou fou fou), et les auteurs, souvent interviewés et photographiés dans leur environnement quotidien, nous parlent de leur œuvre, de la place de la nature et de la société américaine dans leurs livres, mais aussi de leurs petites manies et habitudes, ce qui fait qu’ils sont comme toi et moi.

Tout-petit-mini bémol pour le titre, qui rappelle tout de même un peu trop celui dont je t’ai parlé il y a quelques mois ici et qui faisait l’objet du même thème (L’Amérique des écrivains de G. Binet et P.Guéna) mais c’est pas grave, quand on aime on est toujours content 🙂 Voilà, c’était le mot bisounours de la fin.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s